Avec Libra, Facebook attaque le monde du transfert d’argent

Par Journal du Net
Publié le 18/06/2019 à 18:37 | www.journaldunet.com
 

Avec Libra, Facebook attaque le monde du transfert d'argent

Le géant américain a dévoilé le white paper de sa crypto-monnaie. Si la libra vise dans un premier temps le transfert d'argent entre particuliers, les PME pourraient bientôt être concernées.

Une crypto-éclair. Dix-huit mois après avoir monté une équipe dédiée à la blockchain, Facebook a publié ce 18 juin 2019 le white paper de la libra, sa future crypto-monnaie, qui sortira au premier semestre 2020. Le document de présentation fournit cependant peu de nouvelles informations que la presse anglo-saxonne ignorait : il s'agit bien d'une crypto-monnaie stable et adossée à un panier de devises.

Contrairement à la plupart des crypto-monnaies, la libra est entièrement garantie par une réserve d'actifs réels (dépôts bancaires et titres gouvernementaux). La libra repose sur une blockchain open source privée, c'est-à-dire que le contrôle est détenu par quelques acteurs, contrairement aux blockchains publiques comme Bitcoin, ouvertes à tous. Les 28 noms des premiers "contrôleurs" du réseau ont été dévoilés, mais pas de surprise non plus. Il s'agit notamment de Mastercard, PayPal, Uber, Booking ou encore Iliad (seul français). Chacun d'eux a investi 10 millions de dollars pour être un nœud du réseau et donc pouvoir siéger dans la fondation créée en Suisse par Facebook pour gérer sa crypto-monnaie.

"Aujourd'hui, de nombreux consommateurs qui souhaitent envoyer de l'argent en Afrique passent par les exchanges crypto" 

Un nom a en revanche attiré l'attention : Calibra. C'est en fait une filiale créée dans le plus grand secret par Facebook et dont la mission est de faire le lien avec la fondation.