Communication politique & François de Rugy : Lynchage médiatique ou investigation journalistique aboutie ?

Par Le blog du communicant
Publié le 21/07/2019 à 19:53 | http://www.leblogducommunicant2-0.com/

Communication politique & François de Rugy : Lynchage médiatique ou investigation journalistique aboutie ?

Après moult mises en causes mordantes de Mediapart, la tête du ministre de la Transition écologique a fini par rouler à terre le 16 juillet dernier. L’issue de la démission que François de Rugy a longtemps refusée d’envisager, était devenue inexorable tant les controverses s’abattaient à une cadence de métronome sur le n°2 du gouvernement actuel. Maintenant que le fracas de la polémique largement insufflée par Mediapart est en train de s’évanouir et à l’aube de la publication de deux rapports d’enquête qui pourraient conclure à des manquements mineurs, n’a-t-on pas assisté à une affaire où information et communication ont largement failli. De ce vaudeville, ne restera qu’une histoire de homards ancrée dans une opinion publique déjà bien mal disposée à l’égard des décideurs politiques. Pour autant, l’exercice journalistique tel que pratiqué par Mediapart y a-t-il vraiment gagné ?

Il aura fallu moins d’une semaine à Mediapart pour faire vaciller puis déboulonner le ministre de la Transition écologique. Le premier coup de semonce a retenti le 10 juillet. L’attaque est frontale. Fruit d’une investigation fouillée, le site d’information fondé par Edwy Plenel accuse François de Rugy, à l’époque des faits reprochés, président de l’Assemblée nationale, et son épouse Séverine Servat-de Rugy, journaliste et chef des actus au magazine people Gala, d’avoir tenu une dizaine de fastueux dîners à caractère privé dans l’enceinte même de l’hôtel de Lassay et sur les deniers publics de la dite Assemblée. Des noms familiers des soirées mondaines parisiennes commencent à filtrer en même temps que la composition des menus où figuraient de grands crus comme un Mouton-Rothschild 2004 et des mets fins dont les fameux homards qui nourriront à eux seuls la chronique des jours à venir. Attention, feuilleton de l’été.

Le feuilletonnage, marque de fabrique de Mediapart

Avec ces premières révélations appuyées par des documents, des témoignages et des photos des agapes, Mediapart met en branle sa technique éditoriale favorite : le feuilletonnage. Dès sa création en 2008, le site d’investigation journalistique a pris le parti de distiller au compte-goutte des éléments de dossiers sulfureux mettant en cause des figures politiques. Au rang des faits d’armes éditoriaux les plus connus, on peut citer l’affaire Bettencourt où Nicolas Sarkozy, président de la République, et Éric Woerth, ministre du Budget à l’époque, ont été copieusement bousculés. Mais c’est sans doute en décembre 2012 avec l’affaire Cahuzac que Mediapart a porté au plus haut le feuilletonnage en fer de lance. Ce dernier accuse le ministre du Budget d’avoir des comptes bancaires non déclarés en Suisse et à Singapour.