Les vendeurs chinois déferlent… dans les cartons d’Amazon

Par Journal du Net
Publié le 08/03/2016 à 20:10 | www.journaldunet.com

Le géant américain a décidé de doper les marchands chinois pour contrer Wish, Aliexpress et autres LightInTheBox. Au détriment des vendeurs occidentaux.

On croyait que la promesse low-cost des débuts de l'e-commerce était derrière nous. Que les retailers et leurs exigences de rentabilité allaient remonter les prix du web pour les aligner sur la distribution physique. Raté.

Depuis plus d'un an, on assiste partout en Occident et notamment en France à une poussée formidable de services d'e-commerce de produits chinois. L'application mobile Wish, très populaire auprès des jeunes grâce à son offre à prix microbiques livrée en trois semaines environ, est depuis des mois dans le Top 3 des applications de shopping les plus téléchargées sur l'App Store en France, selon AppAnnie. Son modèle : héberger des dizaines de milliers de marchands chinois sur sa marketplace, se baser sur l'historique d'achat et les wishlists des utilisateurs pour afficher les produits qui leur plairont le plus et prélever 15% du montant de chaque vente.

Le deuxième acteur à surveiller de très près n'est autre qu'Aliexpress, le site lancé en 2010 par Alibaba pour servir de pendant international à Taobao et vendre des produits à prix de gros à des particuliers hors de Chine. En France, son trafic est passé de 1,4 million de visiteurs uniques il y a deux ans à 3 millions aujourd'hui. Dans une moindre mesure, il faut aussi compter sur le chinois LightInTheBox, dont le site du même nom et la déclinaison MiniInTheBox, qui fait son beurre des petits gadgets à moins de 20 dollars, expédient leurs produits direct-usine dans tous les pays du monde.

La réaction d'Amazon, à la fois surprenante et typique

Evidemment, en Europe comme aux Etats-Unis, ce débarquement ne fait pas plaisir aux marchands locaux. Et en particulier au premier d'entre eux, Amazon, qui ne peut voir d'un bon œil ni les 100 millions de références d'Aliexpress ni l'addiction à Wish et LightInTheBox des adolescents occidentaux, qui se fichent manifestement d'attendre trois semaines leur t-shirt à un euro alors que Jeff Bezos mise chaque année des centaines de millions de dollars sur la livraison express.

Amazon attaqué par les Chinois ? Ni une ni deux, le pionnier de l'e-commerce a trouvé le moyen de profiter du phénomène tout en coupant l'herbe sous le pied d'Alibaba. Puisque les marchands chinois veulent vendre en Occident, ils n'ont qu'à le faire sur sa marketplace à lui. Autant de commissions supplémentaires à s'accaparer..