Native advertising : du chaud et du froid dans la publicité digitale

Par ITEspresso
Publié le 25/02/2016 à 08:34 | http://www.itespresso.fr

Portée notamment par le mobile, le social, la vidéo et le phénomène adblocking, la montée en puissance du native advertising dans l'industrie de la publicité digitale est perceptible, mais teintée d'incertitude, aussi bien chez les annonceurs que les éditeurs et les internautes.

C'est l'un des principaux enseignements à tirer de l'étude " Native Advertising in Europe to 2020 ", présentée dans le cadre du Mobile World Congress par le cabinet britannique Enders Analysis.

On notera que Yahoo s'est associé à la démarche. Cela a son importance, étant donné que le groupe Internet exploite une solution de publicité native à travers sa régie Gemini.

Avant d'aborder l'évolution du marché, revenons sur la définition même du native advertising. Constatant qu'elle était sujette à débat, Enders Analysis s'est arrêté sur une publicité digitale ciblée, intégrée au sein d'un flux média ou social et dont la forme s'apparente à du contenu qui se fond dans le flux éditorial. Par exemple, le fil d'actualités de Facebook ou une vidéo YouTube.

La dimension du contenu sponsorisé n'est, en revanche, pas abordée (elle fera l'objet d'une publication ultérieure).