Professionnels du digital : l’atout fort des entreprises

Actualités Marketing

À en croire les professionnels du digital, les entreprises françaises peinent à prendre le train de l’innovation. Elles sont en retard par rapport à leurs concurrents étrangers, qui ont depuis longtemps misé sur les spécialistes du secteur pour développer leur business. Quelles sont les raisons d’un tel écart ?

Les métiers les plus recherchés par les entreprises

Les métiers du digital, d’après le top de la start-up Clustree, spécialisée dans les RH, sont assez pointus. À la première place, on retrouve le Data Scientist, pro de l’intelligence stratégique, de l’analyse de marché et de la gestion de la relation client. Puis vient le traffic manager, particulièrement efficace dans tout ce qui concerne la relation presse, le CRM ou encore le graphisme. Enfin le chef de produit web et mobile, qui gère la réalisation d’un site ou d’une application grâce à sa maîtrise du community management, de la programmation et de l’événementiel.

Si ces postes sont parmi les plus recherchés par les entreprises qui s’ouvrent au digital, certains des professionnels du domaine déplorent le manque de connaissance au sein des sociétés qu’ils rejoignent. En effet, ils n’hésitent pas à affirmer qu’ils passent plus de temps à expliquer ce dont ils sont capables plutôt qu’à faire avancer une stratégie ou un projet. Or on sait que les stratégies digitales se développent sur la durée, les sociétés ont donc tout intérêt à se montrer mieux préparées si elles veulent voir leurs idées aboutir rapidement.

De l’anxiété des sociétés françaises…

Malgré tous les spécialistes prêts à rejoindre les entreprises françaises, celles-ci ont encore du mal à embaucher. Si certaines ont compris qu’il est dans leur intérêt d’intégrer ces professionnels à leur effectif, beaucoup préfèrent encore s’adjoindre les services de stagiaires, moins chers, pour développer leurs stratégies digitales. Heureusement, quelques-unes réagissent et se tournent vers des candidats passés par l’alternance ou les séniors, dont l’expertise vaut cher dans des domaines tels que le digital.

De manière générale, il semble que les sociétés françaises mesurent mal l’importance des transformations numériques qui s’opèrent. Récemment, une start-up française, CybelAngel, est parvenue à lever 3 millions d’euros pour développer sa R&D et ouvrir une filiale à l’étranger. Son concept : proposer aux entreprises de trouver pour elle en ligne toutes les informations et données, en libre accès, qui pourraient les mener à une cyberattaque avant que celle-ci ait lieu. En effet, les créateurs de la jeune pousse se sont aperçus que les entreprises ignorent souvent à quel point elles sont vulnérables et laissent fuiter en ligne des informations parfois très importantes, ou classées secrètes.

Il s’agit encore d’un exemple qui prouve à quel point certaines sociétés françaises sont à la traine. Se protéger, s’entourer de vrais spécialistes pour des missions loin d’être à la portée de tous, tels sont les objectifs que doivent suivre les entreprises. C’est lorsqu’elles auront pris conscience de cela qu’elles pourront véritablement poursuivre leur développement.

Entrepreneur Web depuis 2011, je me passionne pour les nouvelles technologies, les nouveaux business du Web, l’éducation numérique et le WebMarketing. Je suis et conseille plusieurs startups sur Paris et édite également mes propres sites.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser les balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*